Nos gourmandises préférées se mettent au green : Le Chocolat

Image Description
Ophélie Zayonnet

Manger est un havre de joie. Chocolat, café, fromage, vin… Tant de gourmandises qui rendent la vie si savoureuse !
Mais quand on creuse un peu plus, on réalise que nos douceurs préférées peuvent également être de véritable désastre pour la planète. Alors comment les savourer sans culpabiliser ?
D’abord, en prenant conscience de leur impact. Ensuite, en consommant de manière plus responsable. Pour vous aider dans cette quête, nous vous avons concocté une série d’articles aux petits oignons : “Mieux consommer : nos gourmandises préférées se mettent au green ” !
Et pour commencer, on s’attaque à un aliment challengeant… Le chocolat.

Le chocolat :

Que l’on dévore les chocolats de notre petit cousin à Pâque, que l’on culpabilise, car on a ouvert notre calendrier de l’avent le 30 novembre, ou encore que l’on s’offre un Kinder Surprise pour se consoler après une journée difficile… Pas de doute, le chocolat nous rend heureux.
Or, l’impact écologique et social de la production du cacao est trop peu conscientisé. Pourtant, il est dramatique.

La production de chocolat participe massivement à la déforestation :

En Côte d’Ivoire et au Ghana, la filière du chocolat est le premier facteur de déforestation. Soumis à la pression de la demande croissante de chocolat, les agriculteurs doivent raser les forêts afin de planter de nouvelles cultures de cacaoyers. D’après le rapport très alarmant de l’Inventaire forestier et faunique de la Côte d’Ivoire, soit le premier pays exportateur mondial de cacao, la Côte d’Ivoire a perdu 90 % de ses forêts en 60 ans.
L'impact de cette déforestation massive est désastreux : les espèces animales et végétales qui habitent ces forêts tropicales telles que les chimpanzés, éléphants, léopards, etc. sont menacés de disparition. Le rapport du GIEC rappelle également que la déforestation est un facteur du changement climatique.
D’autre part, la production de chocolat nécessite énormément d’eau. Selon une étude de Waterfootprint, il faut plus de 3 400 litres d’eau, soit l’équivalent de 37 douches de 15 minutes, pour produire 200 grammes de chocolat.

Des conditions de travail désastreuse :

Derrière cette petite douceur qu’est le chocolat, se cache une véritable violation des droits de l’homme et du travail. Et les enfants en sont les principales victimes.
Les travailleurs sont de plus, exposés à des conditions dangereuses : exposition aux pesticides sans protection, manipulation d’outils tranchants, accumulation de charges très lourdes, etc.
Enfin, la vaste majorité des quelque deux millions de cacaoculteurs en Afrique de l’Ouest ne gagnent pas suffisamment pour suffire à leurs besoins. Selon le rapport de Mighty Earth : "En Côte d’Ivoire, les cultivateurs de cacao gagnent quotidiennement 0,5 $ environ, et près de 0,84 $ au Ghana.

Des conditions de travail désastreuse :

On le sait, arrêter le chocolat semble très difficile. Il reste un aliment sucré essentiel lors de nos mental breakdown, d'autant plus qu'il a des vertus avérées sur notre santé !  Mais des solutions existent sans forcément le bannir de notre vie. Si l’idéal est d’abord de réduire sa consommation, il est aussi important de se tourner vers des marques responsables.

1/ Choisir du chocolat labellisé :

Un chocolat responsable va prendre en compte plusieurs critères dans sa méthode de production, de distribution et de réduction de déchets. Il existe des labels qui définissent des règles et des contrôles afin de garantir les critères d’un chocolat responsable.
Acheter du chocolat labellisé est un moyen intéressant pour limiter la déforestation liée à la culture du cacao. C’est également un bon moyen pour s’assurer que le chocolat a été produit de manière éthique, avec une juste rémunération des travailleurs.

Le label Rainforest/UTZ  :

Il vise à protéger la biodiversité et à certifier que les cultures de cacao assurent des conditions de vie durables pour les agriculteurs et agricultrices. Ce label est identifié par la Banque mondiale comme étant un des labels les plus exigeants dans le secteur du cacao du point de vue de la lutte contre la déforestation.

Le label Fair for Life:

Il garantit un prix d’achat supérieur au prix du marché , un mécanisme de protection pour les producteurs en cas de crise et des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement qui encouragent la transition vers l’Agriculture Biologique.

Le label des Producteurs Paysans :

Pour la valorisation des produits équitables issus de l’agriculture paysanne.

Le label Fair Trade :

Il certifie un prix juste et stable des produits des petites coopératives ainsi que des relations commerciales plus durables par le biais de plusieurs labels.

E‍n choisissant une tablette labellisée bio et commerce équitable, vous aurez un produit qui satisfait à des exigences à la fois environnementales et sociales. En revanche, il faut se méfier des labels créés par les entreprises, comme le Cocoa Plan pour Nestlé, ou le Cocoa Life de Mondelez qui ne sont pas contrôlées par un organisme extérieur et indépendant.

2/ Choisir du chocolat responsable :

D’abord, pour réduire son empreinte écologique, pensez à privilégier le chocolat noir. D’après la base carbone l’ADEME, “le chocolat noir émet 20 % de CO2e en moins que le chocolat au lait. Le chocolat blanc est le plus émissif : 6.5 kilos de CO2e par kilo de chocolat. La faute aux ingrédients ajoutés dans ces deux derniers chocolats, et surtout le lait de vache.” Un chocolat à base de lait végétal sera donc moins carboné qu’un chocolat avec du lait de vache.
Ensuite, on se tourne vers des marques éco-responsable. Voici nos favoris !

Le chocolat ARA : 

Une marque qui valorise les variétés anciennes de cacao de l’Amérique latine. Ils parcourent le continent pour rencontrer les meilleurs producteurs et leur achètent à un prix juste des fèves extraordinaires.

Le chocolat Dardenne : 

Un chocolat 100 % bio, dont les matières premières sont issues de l’agriculture biologique et validées par un organisme certificateur. Le chocolat est fabriqué à partir de fèves broyées.

Les tablettes Choba Choba : 

 Revendiquant une vraie traçabilité et une composition noble (pur beurre de cacao et sucre de canne non raffiné), les chocolats Choba Choba sont conçus de manière à permettre aux consommateurs de tisser des liens individuels avec chaque producteur. 

Image Description

Ophélie Zayonnet

Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies