L’art du “made in France” fabriqué ailleurs : le french-washing

Image Description
Ophélie Zayonnet

Le green washing, on connaît. Mais ce dont on entend beaucoup moins parler, est l’art du french washing. Pourtant, nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir mieux consommer, en achetant des produits locaux, et donc à se tourner vers l’étiquetage “Made in France”.

Or, soyons vigilants. L’indication “made in France” ne signifie pas que toutes les étapes de fabrication ont été réalisées en France. En effet, selon le site du ministère de l'Économie : ”un produit partiellement fabriqué en France” peut afficher la mention « Fabriqué en France » si il a subi sa dernière transformation substantielle en France.
Ainsi, un tee-shirt conçu à partir de tissus chinois pourra revendiquer une origine française si les opérations qui ont suivi la coupe des tissus ont été effectuées en France.
Alors, comment se fier aux étiquettes ? Nous vous expliquons les nuances du Made in France.

Le succès fulgurant de l’étiquetage “made in France” :

En réalité, l’indication de fabrication est, concernant les biens de consommation et d’équipement, facultative. Ainsi, pour l’industrie de la mode, c’est au fabricant d’informer ses clients quant à l’origine des articles.
Alors, pourquoi l’étiquetage “Made in France” est il autant valorisé ?
Car celle-ci a un atout particulier : elle fait vendre. Selon un songe IFOP de 2018, 74 % de Français se déclarent prêts à payer plus cher pour acheter un produit fabriqué en France. Ainsi, faire figurer la mention « Fabriqué en France » sur les produits, peut constituer un véritable argument de vente. Pas folle la guêpe.
Et c’est ici que nous pouvons parler du french-washing.

Qu’est ce que le french washing ?

Le french-washing est une pratique qui consiste simplement à reprendre la mention “Fabriqué en France” ou les codes couleurs qui lui sont associées, afin de créer l’illusion que le produit a été créé en France. C’est comme lorsque l’on match sur Tinder avec Pablo, mexicain bronzé et dj à ses heures perdues, et qu’on se retrouve au restaurant avec Jean-François, champion de Sudoku en 2016. Une stratégie trompeuse, simple mais efficace.
Attention donc à la communication des entreprises. Car il suffit de jouer sur les mots, appartenir à un groupe français ou encore fabriquer partiellement en France pour tromper le consommateur. Ces messages, subtils, génèrent une forme de concurrence déloyale avec les entreprises certifiées. Ainsi, en tant que consommateurs, il est de plus en plus difficile de s’y retrouver.

Comment différencier le vrai du faux ?

Les dérives liées au made in France sont encore peu encadrées. Mais il existe tout de même des labels exigeants et engagés, auxquels nous pouvons nous fier.

- Origine France Garantie : assure la traçabilité d’un produit par une indication transparente.
- EPV : Entreprise du Patrimoine Vivant. Ce label attribué par le Ministère de l'Economie et des Finances a pour but de valoriser le savoir-faire français.
- France Terre Textile qui regroupe 4 labels : Vosges Terre Textile, Alsace Terre textile, Nord Terre Textile, Auvergne Rhône Alpes Terre Textile.
- Des labels régionaux qui valorisent les entreprises qui confectionnent des produits localement.

à l’inverse, il faut se méfier :

- Du simple icone bleu blanc rouge sur le packaging.
- Du drapeau tricolore seul ou accompagné d’une mention floue telle que “conçu/pensé/désigné/imaginé/assemblé/dessiné en France”.
- De la carte marquée “made in France”.
- De l’appropriation telle que “traditionnel/terroir français”.

Finalement, acheter local est une bonne initiative. Mais soyons vigilants quant aux certifications et aux détails des fiches produits. N’hésitez pas à chercher un maximum d’informations sur les sites web ou des applications comme Clear Fashion. En général, plus une marque paraît floue sur ses moyens de production, plus le risque “traquenard” augmente.

Image Description

Ophélie Zayonnet

Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies